Skip to content

Jour 13 french quarter de la nouvelle Orléans

Aujourd’hui visite du carré français au cœur de la nouvelle Orléans, ce quartier bordé par le Mississippi d’un coté, et la rue du “rampart” à l’opposé est composé de rues au doux noms évocateurs comme Toulouse Street, Chartres Street, Bourbon Street (la bien nommée au vu du nombre de bars), Royal street, les Ursulines ou Orleans Street …
En somme un ensemble de 6 X 13 rues avec à l’intérieur un ensemble de vieilles maisons typiques de Louisiane avec les balcons en fer forgé.
Bien sur ce quartier est célèbre pour son fameux mardi gras, carnaval très exutoire dans une Amérique pudibonde. Mais chance pour nous, aujourd’hui nous sommes vendredi et le proverbe Américain que l’on peut lire partout : Thanks God it’s Friday (dieu merci nous sommes vendredi) est bien présent dans les esprits, tous les bars sont remplis à ras bord, les groupes de jazz ont scène ouverte dans la rue comme dans les bars. Ai-je oublier de préciser qu’il n’est pas minuit, mais midi … le week-end commence tôt pour un pays qui n’a jamais entendu parler des RTT …

Toujours est-il que nous commençons la visite par un petit concert du “Smoking Time Jazz Club” superbe formation installé au coin de Royal et Toulouse street … Bien sur ils jouent du Jazz typique de la Nouvelle Orléans, un jazz festif très swing accompagné de leur danseur de claquettes et d’un couple de danseur de “hot swing dance”

Une bonne centaine de photos plus tard nous arrivons enfin sur les docks afin d’apercevoir les bateaux à roues si typique du Mississippi.
Petite visite du french market (anciennes halles) où l’on trouve désormais de nombreux restaurants qui servent de la cuisine locale.
Petite parenthèse historique sur la cuisine. La Louisiane à été crée par des français, des acadiens, des créoles, des espagnols et enfin des américains. Cela donne une cuisine à base de poulet, de crevettes (dont les fameuses Bubba Gump issue du film “Forest Gump”) le tout très très épicé (le tabasco se consomme presque au litre ici …)

Nous testons donc un échantillon proposé par le restaurant, a savoir :
– Gumbo : une soupe dérivée de la bouillabaisse mais en plus épicée, composé de crevettes, de “roux” et différent légumes.
– une assiette composée de crevettes créoles, de Jambalaya (riz, morceaux de saucisse et bien sur épicé) et un équivalent local du chili con carne, haricot rouge, crevettes … ai je préciser épicé ?)
– une assiette de gambas pêchées dans le golf du Mexique accompagnées de leur sauce barbecue Cajun (et donc … épicée !!)
– et en dessert un magnifique Pudding au fruit (raisins, ananas et d’autres fruits que le serveur n’a pas pu nous décrire) saupoudré de cannelle (comme dans tous les desserts aux USA) et sa sauce au Rhum.

Contrairement a ce que tout le monde va penser, c’était un menu partagé en deux, on fait attention à notre ligne quand même …

Continuation de la visite avec le Square Jackson juste en face de la Cathédrale Saint Louis, pas de chance pour nous les deux musées qui se trouve à coté de la cathédrale sont fermés, le premier dédié à Mardi gras installe une expo sur les 5 ans de Katrina et le deuxième basé sur la Nouvelle Orléans devrait pouvoir se visiter demain.

Nous avons la chance d’assister à une parade de mariage traditionnel, un orchestre qui joue très fort suivi par des mariés qui dansent avec leurs invités qui ont tous une tonne de colliers en perle autour du cou (tradition du mardi gras) et le vélo qui sert de “voiture balai” qui contient une glacière remplit de bieres et de margarita glacée … oui oui on ca boit beaucoup à la Nouvelle Orléans.

Nous traversons de part en part la rue Bourbon où il est impossible d’avoir une photo correcte du panneau de rue pour cause de tag et d’autocollants … cette rue composée majoritairement de bars est en partie “gay” et l’autre partie dédidée au club de strip-tease … c’est finalement la rue la moins typique du quartier français, le disco et le rock ayant remplacé pour de bon le jazz entre ces murs …

Pas grave car un rapide passage devant la “house of blues” salle de concert mythique où des gens comme Elvis, Louis Armstrong ont joué) nous remet dans l’ambiance.

Bien sur pendant notre visite nous avons eu l’occasion de visiter plusieurs boutiques vaudou (voodoo) même si elles sont plus ou moins dédiées au public, on y trouve des autels dédiées aux Orishas (les dieux vaudou) qu’il est interdit de photographier sous peine de malédiction (on ne tentera pas …) j’ai bien pensé ramené une ou deux poupées vaudou mais pas sur que ca passe la douane tout ca hihihihi.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.